25 juin 2012

 

vvPuis il cessa de parler  pour fixer l'horizon,comme s'il était fatigué ou habité par son démon.Puis

il reprit son prêchi-prêcha dans  son arabe trés pur,presque littéraire,trés lointain de mon sabir

franco-arabe,pour me dire avec ferveur:"Sais-tu où va le bon musulman qui meurt au Djihad?Au

Paradis d'Allah où il pourra choisir pour chacune de ses nuits quelques unes des onze mille

vierges qui l'attendent,ardentes et consentantes;où coulent des fleuves de lait et des ruisseauJe

de miel;où Mohamed est monté par une nuit de pleine lune qui éclairait les nues,monté sur son

cheval  blanc.Rappelle-toi le onze septembre,ce  jour béni pour l'éternité,cet exemple que nous

ont donné des vrais croyants qui se sont sacrifiés pour nous tous.Je  ne me sentais pas trop

concerné  par ces trés belles paroles.Les femmes n'étant pas mon fort,je m'en méfiais,surtout

des pucelles.De plus j'ai horreur de tous les laitages qui me rappellent les moments pénibles où

ma  mère voulait encore me donner le sein alors que j'avais quatre ans.Quant  au miel,pour

moi c'est du  vomi d'abeille qui me donne la  nausée,sauf  quand  il enrobe les  gâteaux de  fête,

je ne sais pas   pourquoi

Mais tout cela devait changer par un beau soir d'été  où,comme chaque jour,je rencontrais Salem

qui était toujours sur ma route comme par un fait exprés.Il m'invita à boire un thé à la menthe et

aux pignons dans ce qu'il appelait sa "petite maison d'Allah".En fait,c'était une trés belle villa.J'ai

demandé à Salem d'où venait l'argent du loyer et pourquoi il  n'avait pas choisi,pour la vue,

l'étage élevé d'un bel immeuble.Iln'a pas  répondu à ma première  question.A la seconde,ce fut

pour me  faire savoir qu'en signe d'humilité un bon musulman ne doit pas se loger plus haut que

la plus haute coupole de la

-

né par ces trés belles paroles.Les femmes n'étant pas mon fort,je m'en méfiais,surtout des

Posté par HenriVray à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur vvPuis il cessa de parler pour fixer

Nouveau commentaire